We use cookies to improve your website experience. To learn about our use of cookies and how you can manage your cookie settings, please see our Cookie Policy. By closing this message, you are consenting to our use of cookies.

Submit a Manuscript to the Journal
Journal of African Cultural Studies

For a Special Issue on
Campus Forms/Le campus sous toutes ses formes

Abstract deadline
31 October 2021

Manuscript deadline
25 February 2022

Cover image - Journal of African Cultural Studies

Special Issue Editor(s)

Anne Gulick, University of South Carolina
[email protected]

Ruth Bush, University of Bristol
[email protected]

Submit an ArticleVisit JournalArticles

Campus Forms/Le campus sous toutes ses formes

For this special issue we seek research article-length contributions and other academic pieces (including interviews or photo essays) that investigate contemporary African literary and cultural approaches to the university as an idea, an institution, and a physical space. Decades of structural adjustment, a surge of internationally visible student movements, public uproar over sexual harassment and gendered vulnerability on campus, a global pandemic, and the recent fires that destroyed part of the library at the University of Cape Town and the main building at Makerere are just some of the contexts that beg the question of what the African university is for—what is its use, what is its mission, what is its cultural and political meaning—in this tumultuous third decade of the twenty-first century. How does the past, present, and future of this institution take shape in an African cultural imagination? How might cultural renderings of the university shape the conversation, on and beyond the continent, about knowledge production, pedagogy, and institutions of higher education in the early twenty-first century?

There are many journalistic, historical, and ethnographic accounts of university life, all of which are worthy of more critical attention than they have thus far received. Campus forms include autobiographies and fictional works by authors such as François Nkémé, Lola Akande, Eghosa Imasuen, ​​Thando Mgqolozana, Mbougar Sarr and Scholastique Mukasonga, as well as more recent and more spectacular representations such as the fiercely debated 2019 BBC documentary “Sex for Grades” about sexual harassment on Nigerian and Ghanaian campuses. Films set on university campuses, or that use university life as setting, provide us with another set of references, most recently the film Citation and the series of shorts produced by student collective Ciné-UCAD, but also older films like Arugba, Campus Queen, and Xala. This special issue aims to showcase work that speaks to the methodological diversity of approaches to the African university as a cultural form.

We seek essays that focus on African institutions (not on Africans studying or working at European or American universities, a theme that has been explored many times already); that attend to mobility, broadly construed (across borders, across institutions, and/or between institutional/campus space and other spaces); and that approach African university narratives from a comparative and multilingual perspective. We are particularly keen to receive submissions on intra-African travel for education, and what kinds of communities and conversations have resulted from such mobilities. What themes, movements, experiences, recur and connect in multiple sites of higher education across the continent, or have implications for how “the African university” takes on meaning today? Essays might also attend to phenomena that do not easily translate and trouble the notion of “the African university” as an object of analysis. Contributions that attend to lesser-known campuses, and to cultural texts created in languages other than English, are especially welcome.

_

Pour ce numéro spécial, nous lançons un appel à contributions d’articles et autres textes (y compris des entretiens ou des photoreportages) qui s’intéressent aux représentations culturelles de l’institution universitaire africaine en tant qu’idée et espace matériel. Il importe de relever qu’après des décennies de programmes d’ajustement structurel imposés à nombre de pays africains par le FMI, l’université africaine est devenue le théâtre d’un ensemble de mouvements d’étudiants et d’enseignants révélant le malaise qui la caractérise et qui prend de plus en plus de l’ampleur tout en s’internationalisant. Les incendies récents qui ont détruit une partie de la libraire de l’université du Cap ainsi que le bâtiment principal à l’université de Makerere, les incessantes grèves d’étudiants et d’enseignants qui revendiquent de meilleures conditions d’étude/de travail face aux défis technologiques du monde contemporain, les voix qui s’élèvent et se révoltent contre les harcèlements et autres abus sexuels en milieu universitaire, l’indignation/l’indifférence face aux discriminations et aux violences en ce qui concerne les sensibilités identitaires liées au genre sur les campus, l’avènement de la pandémie de la Covid 19, etc., sont autant de facteurs qui invitent à un questionnement de l’université africaine. Quelles sont l’utilité et la mission de cette institution aujourd’hui ? Quels engagements culturels et politiques prend-elle dans une période de crise pandémique globale ? Comment son expérience passée ainsi que les contingences du monde actuel, vues à travers la production culturelle, influencent-elles les débats non seulement au sein du continent mais aussi au-delà, pour ce qui est de la production du savoir, de la pédagogie et du fonctionnement des établissements d’enseignement supérieur ?

De nombreux textes journalistiques, historiques et ethnographiques témoignent de la vie universitaire, et méritent une attention soutenue. Bien plus, les thématiques liées au monde universitaire – campus, cités et alentours – sont abordées dans plusieurs autobiographies, poèmes, pièces de théâtre et autres œuvres de fiction. Les auteurs qui s’intéressent à ce sujet sont entre autres, François Nkémé, Lola Akande, Eghosa Imasuen, Thando Mgqolozana, Mbougar Sarr et Scholastique Mukasonga. À ces œuvres s’ajoutent des documentaires à l’exemple de « Sex for Grades » (Notes Sexuellement Transmissibles) produit par BBC, qui traite du harcèlement sexuel sur le campus universitaire au Nigéria et au Ghana. Enfin, des films comme Arugba, Campus Queen, Xala et Citation ainsi que la série de court-métrages produite par le collectif estudiantin, Ciné-UCAD s’inspirent de la vie universitaire.

Quelles sont les formes et les figurations du campus et ses alentours dans les productions culturelles africaines ? Comment et pourquoi les étudier ? Ce numéro spécial vise à explorer la diversité méthodologique qui caractérise des approches scientifiques et artistiques à l’université africaine comme forme culturelle. Nous recherchons des articles qui se concentrent sur les institutions africaines (et non sur des africains qui étudient ou travaillent dans des universités européennes ou américaines. Ce sujet a déjà été abordé maintes fois); qui traitent de la mobilité au sens large (déplacements entre pays, universités, et/ou autres espaces institutionnels, quelle que soit sa forme); et qui abordent le récit et l’expérience des universités africaines de façon comparative et/ou multilingue.

Nous sommes tout particulièrement intéressés par des contributions qui traitent de la mobilité entre établissements africains de l’enseignement supérieur et qui rendent compte des programmes d’échanges dans lesdites universités ainsi que des rencontres qu’ils occasionnent et des débats qu’ils suscitent. Les réflexions en lien avec les thématiques, les expériences et les problématiques qui se croisent lors de ces échanges et qui se répètent sur différents campus de l’enseignement supérieur du continent, la manière avec laquelle elles impactent le sens de l’université africaine de nos jours sont d’un très grand intérêt.

Les essais pourraient aussi s’intéresser à l’analyse des phénomènes qui ne s’expliquent pas ou ne se traduisent pas facilement, et qui perturbent pour ainsi dire la notion de « l’université africaine » comme objet d’étude. Des contributions qui se penchent sur des campus de moindre notoriété et à partir de textes culturels issus d’une langue autre que l’anglais sont les bienvenues.

Submission Instructions

Please send abstracts for pre-selection to the SI editors. Authors who are invited to submit full papers should submit these to the journal's submission site on ScholarOne.

Instructions for AuthorsSubmit an Article