We use cookies to improve your website experience. To learn about our use of cookies and how you can manage your cookie settings, please see our Cookie Policy. By closing this message, you are consenting to our use of cookies.

La place du loisir dans le patrimoine culturel immatériel

Call for Papers

La date limite de dépôt est 1 June 2020

Call for papers

La revue internationale Loisir et Société s’apprête à publier, sous la direction d’un comité éditorial et d’une rédactrice-invitée, un numéro dont le thème est « Loisir et patrimoine culturel immatériel ». Toutes les propositions d’articles reçues seront évaluées par des pairs afin de déterminer leur pertinence et leur intérêt en lien avec le thème. La publication du numéro, en collaboration avec Taylor and Francis, est prévue pour 2021.

La revue internationale Loisir et Société s’apprête à publier, sous la direction d’un comité éditorial et d’une rédactrice-invitée, un numéro dont le thème est « Loisir et patrimoine culturel immatériel ». Toutes les propositions d’articles reçues seront évaluées par des pairs afin de déterminer leur pertinence et leur intérêt en lien avec le thème. La publication du numéro, en collaboration avec Taylor and Francis, est prévue pour 2021.

Loisir et patrimoine culturel immatériel

Le patrimoine culturel immatériel (PCI) a officiellement fait son entrée à l’UNESCO à l’occasion de la Conférence internationale sur les nouvelles perspectives, qui se tient à Paris, en 1993. On identifie alors l’importance de « catalyser, coordonner et sensibiliser à la nécessité de sauvegarder le PCI ». Dix ans plus tard, la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel est adoptée par l’organisme international.

La Convention (UNESCO, 2003) identifie cinq domaines du PCI, soit : 1) les « traditions et expressions orales », y compris la langue comme vecteur de transmission; 2) les « arts du spectacle »; 3) les « pratiques sociales, rituels et événements festifs »; 4) les « connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers »; et, enfin, 5) les « savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel ».  

Le présent numéro porte sur les deuxième et troisième domaines, en abordant la question des arts du spectacle, qu’il soit vivant participatif ou de musique, ou même à caractère philanthropique, populaire ou engagé, de même que les événements festifs (fêtes et festivals) dans les arts de la scène ou dans ceux de la rue.
Le numéro ouvre la discussion sur le thème de la place du loisir, de l’engagement citoyen ou des nouvelles formes de participation à ces deux domaines du patrimoine culturel immatériel, dont les activités et non leurs produits ou leurs supports représentent l’objet d’étude, en termes de médiation, d’appropriation, d’identité et d’appartenance, mais sans s’y limiter.

Le présent numéro porte sur les deuxième et troisième domaines, en abordant la question des arts du spectacle, qu’il soit vivant participatif ou de musique, ou même à caractère philanthropique, populaire ou engagé, de même que les événements festifs (fêtes et festivals) dans les arts de la scène ou dans ceux de la rue.
Le numéro ouvre la discussion sur le thème de la place du loisir, de l’engagement citoyen ou des nouvelles formes de participation à ces deux domaines du patrimoine culturel immatériel, dont les activités et non leurs produits ou leurs supports représentent l’objet d’étude, en termes de médiation, d’appropriation, d’identité et d’appartenance, mais sans s’y limiter.

Modalités de soumission d’un article

L’article est d’une longueur d’au plus 60 000 caractères (espaces compris/ tableaux et références en sus), en format Word (docx/Times New Roman, 12 pts, double interligne). La date limite de dépôt est fixée au 1er juin 2020. Il doit être transmis à la rédactrice-invitée, la professeure Maryse Paquin ([email protected]).

Recommandations aux auteurs

1) Une page titre contenant le titre de l’article (en français et en anglais), le nom de l’auteur(e) ou des auteur(e)s, numéros de téléphone, ainsi que l’affiliation institutionnelle de chacun; la première page du l’article ne doit pas comporter le nom ou les coordonnées de(s) l’auteur(e)s;
2) Un résumé en français et en anglais d’au plus 150 mots;
3) De trois à cinq mots-clés en français et en anglais;
4) Les tableaux, les figures et les notes de bas de page doivent être insérés au bon endroit dans le texte. Les images et les photos, libres de droits, doivent avoir une résolution d’au moins 300 dpi;
5) La mise en page et la présentation des références bibliographiques doivent adopter le style APA (6th edition).

Au sujet de Loisir et Société : Loisir et Société/Society and Leisure.

Au sujet de Loisir et Société

Revue bilingue, à caractère multidisciplinaire et thématique qui publie sur le loisir et le temps libre dans leur rapport avec les dimensions culturelle, économique et sociale des communautés et des individus. Elle traite du loisir dans ses rapports avec d’autres dimensions, telles que la famille, l’environnement, l’information et les communications, le patrimoine, etc. Les numéros thématiques de la Revue visent un équilibre entre les travaux de nature empirique et les recherches à caractère théorique ou fondamental. La Revue sert aussi la communauté professionnelle et politique en loisir. Son rayonnement s’étend à une trentaine de pays et rejoint des lecteurs de tous les continents. Chaque numéro thématique est sous la responsabilité d’un ou plusieurs rédacteur(s) invité(s). Dans chaque numéro, quatre rubriques sont ouvertes à différentes contributions : 1) Articles thématiques 2) Articles hors-thème; 3) Notes de recherche; et 4) Comptes rendus.

 

La revue s’est donnée comme objectifs spécifiques de : a) publier en français et en anglais; b) desservir les communautés scientifiques et professionnelles québécoise, canadienne et internationale; c) planifier des parutions scientifiques sur des thèmes différents, au moins deux ans à l’avance; d) assurer la participation de chercheurs québécois, canadiens et étrangers dans la préparation de ses numéros.

 

Comité d’évaluation – Tous les articles de la Revue suivent un processus rigoureux d’évaluation par des pairs (double aveugle). Ces derniers sont triés initialement par le directeur du comité éditorial de la revue, et sont évalués, de façon anonyme, par deux évaluateurs.